Starters – Survivre n’est qu’un début: un coup de coeur de Guillaume Sabino, pour le secondaire.

CLASSÉ DANS : À partir du 1er cycle | À partir du 2ème cycle | Secondaire



StartersStarters met en scène un monde futuriste, un monde qui a été ébranlé par une guerre. C’est peu dire, puisque la Guerre des Spores a transformé l’humanité. À la suite de frappes bactériologiques d’un conflit mondial impliquant les États-Unis, particulièrement sur la cote du Pacifique, les adultes de 20 à 60 ans sont morts. Le gouvernement n’avait pas assez de vaccins sous la main et a tranché : seuls les Starters (enfants) et les Enders (personnes âgées de 100 à 200 ans) ont été immunisés… Et ont survécu. Dystopie ? Bevely Hills, Californie, dans quelques années ? L’auteure avoue s’être inspirée d’une situation récente: le virus H1N1 et la vaste campagne de vaccination qui a suivi. Jeunes et vieux étaient vaccinés avant tout le monde. Voilà les prémisses fort intéressantes d’une histoire captivante. Presque tous les adultes sont morts, sauf quelques rares VIP…

Callie Woodland a 16 ans. Avec son petit frère Tyler, elle cherche à survivre, fuyant les forces de l’ordre, se réfugiant dans des squats, en compagnie de leur ami Michael. Son jeune frère est très malade. Atteint aux poumons, ses chances de guérison sont de 50%. Leurs parents sont morts à la suite de la guerre, ils n’ont plus de grands-parents non plus. Les orphelins sont continuellement en danger. Callie souhaite un meilleur avenir. Pour cela, elle a besoin de sous. Il ne lui reste comme dernier espoir que la «Banque des corps», Prime Destinations, un étrange institut de Beverly Hills sur lequel règne un personnage mystérieux que tous surnomment « Le Vieux ». En échange de trois locations de son corps à un Ender, Callie mettra la main sur une somme d’argent importante… L’Ender peut ainsi vivre de nouveau intensément, faire des sports, mêmes extrêmes (malgré les règles de Prime Destinations), sortir dans les bars…

À la suite d’un dysfonctionnement de la neuropuce implantée derrière son crâne, Callie se «réveille» à la place de sa locataire, Helena Winterhill. Elle vit désormais dans son manoir, conduit ses voitures de luxe et fréquente le petit-fils d’un sénateur, Blake. Callie se croirait presque dans un conte de fées. Mais elle se doute bien que quelque chose qui cloche. Son instinct lui recommande de retourner chez Prime Destinations, de rapporter le problème de connexion. Et là, elle entend une voix, dans sa tête, qui lui dit qu’y retourner serait une bien mauvaise idée, que la Banque des Corps est un endroit dangereux, qu’on y cache plusieurs secrets. Intriguée, elle «écoute». Puis, elle retombe en sommeil locatif avant de reprendre le contrôle de son corps, alors qu’elle a une arme entre les mains ! Callie découvre que sa locataire a bien d’autres intentions que de profiter de sa jeunesse retrouvée, mais aussi que les plans maléfiques de Prime Destinations dépassent tout ce qu’elle aurait pu imaginer. Des Enders s’inquiètent de ne plus revoir leurs petits enfants. L’Ender fortunée qui a loué son corps, Helena Winterhill, veut savoir pourquoi certains jeunes ne reviennent pas.

Le personnage de Callie est fort, protégeant son frère des dangers de la rue, se démenant pour se nourrir. Elle fait penser à Katniss Everdeen, de la série Hunger Games, ou à Tally Youngblood de la «trilogie Uglies». Comme ces deux séries, Starters offre une réflexion plus qu’intéressante sur notre société : sur l’avenir, les limites de la science :l’importance que nous accordons à la beauté et à la jeunesse. D’autant que la jeunesse, dans cette série, est devenue un bien convoité, une marchandise ! Point négatif, la romance est mal exploitée, mal ficelée dans ce premier roman de Lissa Price. De la littérature pour ado ou jeune adulte ? Pas plus que pour les ouvrages de Suzanne Collins ou Scott Westerfeld, des ouvrages sans âge, qui plairont autant aux filles qu’aux garçons. Une dystopie qui est un plaisir de lecture, même pour un jeune homme marié, trois fois papa ! Les plus vieux pourront y reconnaître l’influence, légère, des films Memento et Inception et des thèmes abordés dans Total Recall (de Philip K Dick)…

Avec vos élèves, le livre peut permettre de lancer plusieurs discussions (vaccination des «personnes à risque», location de corps, quête de la jeunesse éternelle, santé et pauvreté). Une nouvelle («Portrait d’un Starter») autour de la série est disponible gratuitement au format numérique ICI, alors qu’un autre Portrait (Portrait d’un marshal) est disponible en anglais en format eBook et le sera prochainement en français (annoncé pour août). Vous pourriez vous en inspirer et demander à vos élèves de faire leur propre portrait d’un Starter (ou d’un Ender). Ou encore leur demander quel corps ils aimeraient louer…

L’intrigue captivante proposée est résolue à la fin du tome. Pourtant, j’attends la suite (et la fin), Enders, avec impatience, puisque le roman se termine sur une autre piste, des plus palpitantes. Un très bon titre d’une très bonne collection !

Bonne lecture!

Guillaume

Voici la bande-annonce créée par l’éditeur

Mots-clefs : , , , , , , ,

Aucun commentaire. Soyez le premier!

Laissez un commentaire