Les jeux vidéos et la littérature jeunesse: les bandes dessinées et les mangas

CLASSÉ DANS : À partir du 1er cycle | À partir du 2ème cycle | À partir du 2ème cycle | À partir du 3ème cycle | Listes thématiques | Primaire | Secondaire | Toutes les catégories



2014. Déjà ! Nous vous souhaitons une année de plaisir et de succès (petits et grands!). Une année qui s’annonce riche en lectures, en rencontres, en découvertes. Ainsi, après une quinzaine de jours de congé, c’est le temps de retourner à l’école (ou au travail), et de laisser de côté nos manettes, de quitter le monde virtuel pour le monde réel. Afin d’y rester plongé, nous vous proposons deux articles sur les jeux vidéos et la littérature jeunesse.

J’ai beaucoup joué à des jeux vidéos étant jeune. D’abord avec mon vieux Nintendo NES (Duck Hunt, Excitebike !), puis le SNES, à la maison, et la Genesis, chez des chums, et rapidement, juste avant le cégep, sur le N64 (GoldenEye), de Mario (et son univers, incluant Donkey Kong Country), à Zelda, en passant par Metroid, Final Fantasy (le 3!), Chrono Trigger, les NHL (vive le 94!), les FIFA, Mega Man, certains Sonic…  Puis, je suis passé sur PC, avec Civilization («un dernier tour avant de me coucher»), Ages of Empire, Sim City (que de villes construites et détruites !), un retour à FF, le 7, StarCraft, Diablo, Football Manager… Après plusieurs années d’abandon (sauf quelques simulations en ligne), j’ai replongé avec mes filles grâce à (ou à cause de) la Wii, un retour aux sources avec les classiques de Nintendo, dans de nouvelles moutures, mais aussi Xenoblade Chronicle, Rayman et, surtout, Just Dance ! Quel habile danseur je fais, avec plein de «high score» ! Depuis, j’ai aussi découvert, sur le très tard, la PS3 («c’est un lecteur Blu-ray mon amour!»), avec NHL, FIFA, mais aussi Elder Scrolls, Assassin’s Creed, Mass Effect, Far Cry, BatmanRatchet et Uncharted

J’ai donc navigué (et survécu) à cet univers (qui devient aussi plus violent avec le temps, vous l’aurez remarqué), tout en gardant les pieds sur terre et les yeux dans les livres… C’est donc tout naturellement que je partage avec vous, en deux temps, une liste de livres où les jeux vidéo sont mis à l’honneur. Vous (re)découvrirez donc des mangas, des BDS et deux ouvrages de référence cette semaine, puis d’autres ouvrages de référence, des guides et des romans la semaine prochaine.

Si certains titres proposés sont «seulement» des plaisirs de lecture, les jeux vidéos peuvent aussi avoir des vertus éducatives. Ainsi, j’ai entre autres appris l’anglais en en jouant à des jeux vidéo (et en écoutant Seinfeld et The Fresh Prince of Bel-Air!). Pour sauver la princesse dans Zelda, mais aussi pour avancer dans les jeux de rôle (FF 3), nous n’avions pas le choix. Il n’y avait pas de trame sonore française… Je me suis aussi passionné pour l’histoire grâce Age of Empires 2, le fonctionnement d’une société avec Civilization, la gestion avec Sim City et les stratégies sportives avec les jeux de soccer et de hockey. Peu à peu, on reconnaît l’intérêt du jeu vidéo, dans sa version sérieuse, comme support d’apprentissage. D’ailleurs, une plateforme éducative du jeu Sim City existe depuis un peu moins d’un an, avec un challenge visant à réduire la pollution, entre autres. Une dizaine de leçons sont offertes… C’est très prometteur et ouvre la voie à plusieurs nouvelles façons d’enseigner… C’est franchement très stimulant.  Les jeux sont de plus en plus collaboratifs. Également, les joueurs peuvent acquérir  avec les jeux vidéos plusieurs compétences sociales. Ainsi, « Dans Fallout 3, un jeu de rôle dans un univers post-apocalyptique, le joueur peut créer le personnage qu’il désire et le faire agir comme il le souhaite. À leur grand étonnement, les chercheurs ont remarqué que le pourcentage de joueurs commettant des actions moralement répréhensibles (voler, attaquer quelqu’un sans avoir été agressé soi-même, etc.) n’était pas élevé. Je vous recommande par ailleurs de visiter cursus.edu, un site que j’utilisais lorsque j’étais enseignant. Vous y découvrirez entre autres une liste de jeux vidéos sérieux (serious games) tout à fait pertinent en classe.

Sur ce, bonne lecture !

 

Pokémon Noir et BlancPokémon Noir et Blanc (Kurokawa)

Le manga shônen (parfois présenté comme kodomo) Pocket Monsters Special – Black and White, le cycle 10, est édité en français par Kurokawa sous le titre Pokémon Noir et Blanc depuis septembre 2011. Les 6 premiers tomes (ou cycles) de Pocket Monsters Special ont d’abord paru chez Glénat Manga entre 2000 et 2002. Ils sont scénarisés par Hidenori Kusaka et dessinés par Mato puis Satoshi Yamamoto. Il s’agit du manga le plus proche de l’histoire des jeux vidéos originaux. D’ailleurs, le créateur de Pokémon, Satoshi Tajiri, a ainsi déclaré à son propos que ce manga «ressemblait le plus à ce qu’il avait essayé de transmettre». Mention spéciale pour Pokémon Noir et Blanc, l’original est paru au Japon seulement quelques jours auparavant. L’histoire s’inspire des jeux du même nom, Pokémon Noir et Blanc. Le manga est également compatible avec la Nintendo 3DS et le lecteur peut ainsi faire apparaitre 3 Pokémon grâce aux codes QR se trouvant à l’intérieur par l’intermédiaire du Pokédex 3D (puis Pokédex 3D Pro).

Cette série, toujours en cours, compte actuellement 8 tomes (le 8e est sorti en début d’année 2014 en France et arrivera dans nos librairies québécoises sous peu). Noir est un des jeunes dresseurs choisis par le professeur Keteleria pour remplir d’informations un Pokédex et partir à la recherche de toutes les races de Pokémon existantes. Celui-ci n’a qu’un rêve : battre tous les dresseurs de la ligue Pokémon. Il va faire la rencontre de Gruikui, un des Pokémons de base choisi par le professeur, et partira à l’aventure avec lui et ses deux autres compagnons Munna et Gueriaigle. Ils rencontreront sur leur chemin la jeune Blanche dont le métier est de louer les services de ses Pokémons stars. Cette série marque la naissance de la cinquième génération de Pokémon. L’histoire est plus aboutie. Le héros, Noir, ne se trouve plus opposé aux « méchants », mais à des protagonistes voulant libérer les Pokémon pour les rendre plus heureux. L’histoire adopte une tournure idéologique. Malgré cela, le manga se destine à un jeune public et reste simple à lire et comprendre (à partir de 8 ans). Pokémon attrapez les tous…

Bien que cette activité soit proposée pour des élèves plus jeunes que le public cible du manga, voici une activité pédagogique stimulante, trouvée sur le web, Lire avec les Pokémons (1ère année).

Inazuma ElevenInazuma Eleven (Kurokawa)

Inazuma Eleven est d’abord un jeu vidéo de rôle sur console Nintendo DS sorti au Japon en 2008. C’est le premier épisode de la série qui a rapidement fait naître des produits dérivés importants, dont un manga. D’ailleurs, au Canada, il est plus facile de trouver la série manga que le jeu vidéo, qu’il semble impossible de faire jouer sur nos 3DS américaines ! C’est «comme» une «rencontre entre le Jeu de rôle façon Pokémon et l’univers du football façon shônen». Il est écrit et illustré par Tenya Yabuno.

La faible équipe de foot de l’école Raimon ne dispose que de sept joueurs. Elle a l’occasion d’affronter la puissante équipe de l’Académie de Teikoku (alias «Royale Académy»). Cette dernière remporte régulièrement depuis quarante ans le prestigieux tournoi inter-collèges Football Frontier. Le capitaine de l’équipe de l’école Raimon, le gardien de but Mark Evans, doit recruter de nouveaux joueurs pour aller le plus loin possible dans la compétition. C’est ainsi qu’on découvre Axel Blaze, un nouvel élève mystérieux nouvellement transféré à l’école et qui s’avère être un joueur de génie ayant abandonné le football pour des raisons personnelles. La série originale est complète et compte 10 titres. C’est une adaptation réussie, qui sait rester fidèle au support d’origine tout en y ajoutant les apports d’une version papier. Bien évidemment, du fait de son intrigue et de ses personnages, ce manga s’adresse à de jeunes lecteurs (le manga shônen s’adresse aux jeunes garçons, fin primaire, début secondaire), particulièrement chez les amoureux du soccer ! Une série dérivée, Inazuma Eleven GO, commence à paraître au Japon.

Inazuma Eleven chez PKJ - RomansUne adaptation de la série en romans est maintenant disponible chez Pocket (déjà sortie en France et disponible très bientôt au Québec). Pourquoi ne pas proposer aux élèves une étude comparative des deux genres littéraires? Quelles sont les principales différences? Est-ce que le découpage temporel est le même (schéma du récit). Quels mots ont été choisis pour décrire les personnages? C’est une belle activité qui permet de trouver les caractéristiques propres à chaque genre littéraire. Une activité de création peut ensuite être proposée: créer une BD à partir d’un roman, où comme ici, écrire un texte littéraire à partir d’une BD (ou manga).

Si vous travaillez les fiches des personnages (en comparaison ou seulement à partir d’un genre ou de l’autre), vous pouvez vous inspirer de ce site internet.

 

Tales of SymphoniaTales of Symphonia (Ki-Oon)

Tales of Symphonia (Ki-Oon) est un shônen dessiné par Hitoshi Ichimur. Il s’agit d’une série terminée de 6 mangas qui retracent les aventures de Lloyd Irving et des autres protagonistes du jeu vidéo de rôle Tales of Symphonia. Le manga reste globalement très proche des évènements du jeu original (sortie sur Game Cube au Canada en 2004 – et sur PS2 au Japon seulement – et profitant d’une suite directe sur Wii en 2008). De fait, il sera certainement remis de l’avant car une nouvelle édition de ces deux jeux, Tales of Symphonia Chronicle, doit sortir le 25 février 2014 sur PS3,  avec de nouvelles scènes animées et un scénario enrichi, dixit Namco, l’éditeur du jeu. L’histoire est tout à fait compréhensible, même sans avoir joué au jeu vidéo. L’univers de Tales of Symphonia est un «monde imaginaire médiéval-fantastique». En résumé, l’histoire a lieu quatre mille ans après une grande guerre qui a opposé, durant des siècles, deux puissantes nations. Le monde de Sylvarant connaît un déclin : la technologie est rare, la plupart des grandes cités sont en ruines… . «La seule solution pour le peuple de Sylvarant est de s’en remettre à l’Élue, qui grâce à ses prières et son périple, engagera la Régénération du monde». L’Élue actuelle s’avère être Colette, une jeune fille blonde très douce mais maladivement maladroite, qui vit à Isélia en attendant la venue de l’Oracle au temple de Martel. Elle a une quinzaine d’années lorsqu’il apparaît et lui ordonne de commencer son périple. Colette sera accompagnée par Raine Sage, son institutrice, qui est également guérisseuse, et Kratos, un mercenaire engagé par l’Église de Martel pour la protéger. Deux amis d’enfance de Colette, Lloyd et Génis Sage, insisteront pour les accompagner. La Régénération du monde semble avoir une facette bien plus sombre qu’il n’y paraît (à partir de 12 ans).

Tales of LegendiaTales of the AbyssLes séries Tales of Legendia et Tales of the Abyss, également chez Ki-Oon, découlent aussi de cet univers des jeux vidéo RPG de la gamme Tales of édité par Namco. «Sommet du RPG fantastique, la série Tales of fait partie du trio de tête des grands jeux de rôle au Japon, avec Final Fantasy et Dragon Quest.» Plusieurs bandes-annonces sont mises en ligne sur le site de Ki-Oon. Vous pouvez également découvrir les premières pages de Tales of Legendia ici.

 

Assassin's Creed - The FallAssassin’s Creed (BD) (L’Atelier Ubi – UbiWorkshop)

The Fall, The Chain, Brahman, Pirates – La terreur des Caraïbes, Encyclopedia

Dans The Fall, l’intrigue prend place entre 1888 et 1908 en Russie et en 1998 aux États-Unis. Nous suivons Nikolai Orelov, membre des Assassins, et son descendant Daniel Cross, un alcoolique en cure qui découvre l’effet de transfert dans le bureau d’un thérapeute. La mission de Nikolai est d’assassiner le Tsar Alexandre III et d’arracher aux mains des Templiers un artefact au pouvoir immense. La BD reprend l’intégralité du contenu des trois comics Assassin’s Creed : The Fall #1-3, en plus d’un épilogue exclusif qui sert de lien avec le volume 2, Assassin’s Creed : The Chain. Ce 2e tome poursuit l’histoire de l’Assassin Nicolaï Orelov. Brahman est le troisième tome dessiné par Kerschl et Stewart. Il s’agit d’une nouvelle aventure inédite, racontant l’histoire de l’Assassin indien Arbaaz Mir, ayant agit au XIXe siècle dans les colonies indiennes et de Jot Soora, son descendant du XXIe siècle, employé chez Abstergo Entertainment. Ces bandes-dessinées s’ajoutent à l’univers très riche (mais un peu violent) de la saga Assassin’s Creed, pimentant l’histoire principale, et nous immergent totalement dans le style des jeux. Note importante, il n’est aucunement question d’Ezio, de Desmond, d’Altair, ni Edward Kenway (les personnages principaux des jeux). Le dessin est superbe. La lecture est très agréable, autant pour les fans que pour les non-initiés…

Pirates - La terreur des caraïbes - Assassin's CreedUbiWorkshop (devenu L’Atelier Ubi) a fait paraitre une encyclopédie sur la série Assassin’s Creed en 2011. Au départ artbook, Ubisoft a décidé d’en faire une encyclopédie lorsque le contenu a été rassemblé. Elle contient des concepts d’artistes. Pour les fans. Un livre de référence magnifique aussi pour les arts plastiques. Enfin, en collaboration avec Historia (une superbe revue sur l’Histoire), Pirates – La terreur des Caraïbes mène à la découverte historique de l’âge d’or de la piraterie, au cœur des Caraïbes au début du XVIIIe siècle. Ce livre propose les «récits des épopées de ces écumeurs des mers racontés par les plus grands spécialistes». Surtout, il est doté d’une iconographie exceptionnelle.

Je vous suggère maintenant de consulter ce blogue, où une enseignante (en France) a proposé une activité à partir du jeu Assassin’s Creed à ses élèves, dans le cadre d’un cours d’Histoire. Une réflexion intéressante qui pourrait vous donner des idées ou arguments pour intégrer les jeux vidéos ou leurs dérivés littéraires en classe. Et pour ceux qui lisent l’anglais, voici un autre article sur le même sujet.

 

Nos jeux vidéo 70-90Nos jeux vidéo 70-90 (Hors Collection) 

Dans cet album, Marcus propose un tour d’horizon illustré des jeux vidéos, lui qui en est testeur depuis 20 ans (le rêve !). De 1970, avec les arcades (Pac-Man, Space Invaders), en passant par les consoles des années 80 (Pong, Donkey Kong), il dresse l’inventaire de cet univers 2D. Il s’agit d’un ouvrage ludique, léger, qui «propose au lecteur une chouette balade dans deux décennies d’innovations et d’inventivité, deux décennies qui ont permis aux jeux vidéo de s’inscrire durablement dans le paysage culturel mondial.» [http://www.bobdupneu.fr/2011/10/19/nos-jeux-videos-70-90-le-livre-de-marcus/] Le livre est richement illustré, incluant nombre de photos et de captures d’écran (screenshots). En somme,  une bonne introduction, un beau livre agréable à regarder, autant pour les nostalgiques que pour les jeunes joueurs de console qui en apprendront ainsi pas mal sur l’origine du jeu vidéo, sa jeune, mais riche, histoire, dont l’aventure Atari, la confrontation Nintendo-Sega, l’Activision, le phénomène Tetris, la GameBoy. Un second tome, sur les deux décennies suivantes, est attendu.

 

Histoires secrètes des jeux vidéoHistoires secrètes des jeux vidéo (First)

Dans cet ouvrage, l’auteur revient sur la montée en puissance et le succès de quelques-unes des plus grosses séries de l’industrie, dont Assassin’s Creed, Metal Gear Solid (MGS), Tetris, Doom, World of Warcraft (WoW), Alone in the Dark, Tomb Raider, The Sims, Call of Duty (COD), Angry Birds, Uncharted, Grand Theft Auto (GTA) et Prince of Persia. Il s’agit d’une compilation d’une quinzaine de biographies et de témoignages d’hommes ayant donné naissance à des jeux vidéo cultes, mais qui laisse en plan, forcément dirions-nous, quelques autres créateurs bien importants, dont un certain Miyamoto !

Voilà, fin de la première partie ! Soulignons que la liste complète sera disponible dans  la publication du 2e article, dans la semaine qui vient. Merci Emmanuelle ! Forcément, vous y trouverez d’autres titres que ceux montrés, qui ont moins attiré ou profité de mon attention, mais qui sont dignes de mention et qui peuvent avoir un large auditoire à l’école… Enfin, en patientant, pourquoi ne pas lire ce très intéressant article? Qui aurait songé à utiliser la Kinect pour apprendre le langage des signes ? À l’école de mes filles, la Kinect fait aussi danser les jours de pluie ou de grand froid, lorsque les élèves doivent rester en classe. Un esprit sain dans un corps sain…

Guillaume

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Aucun commentaire. Soyez le premier!

Laissez un commentaire