Journée internationale de la femme : Bousculer les stéréotypes avec la littérature antisexiste

CLASSÉ DANS : À partir du 1er cycle | À partir du 1er cycle | À partir du 2ème cycle | À partir du 2ème cycle | À partir du 3ème cycle | Collégial | Général | Listes thématiques | Primaire | Secondaire



La journée internationale de la femme trouve son origine dans les luttes des ouvrières et des suffragettes du début du XXe siècle pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote. Le 8 mars, c’est l’occasion de célébrer, de reconnaître les femmes pour leurs réalisations sans égards aux divisions économiques, politiques, sociales, ethniques et culturelles. Le 8 mars, c’est aussi l’occasion de dresser le bilan des progrès, des acquis en terme d’égalité des droits et, surtout, de préparer l’avenir à ces futures générations de femmes pour qu’elles soient enfin reconnues comme partenaires égales des hommes.

 

Être femme. Être féministe.

J’ai la chance, j’en conviens, d’être traversée par l’héritage de femmes qui m’ont parlé d’indépendance et d’égalité. Ces héroïnes, comme ma grand-mère puis, plus tard, Simone de Beauvoir, Patti Smith, Virginia Woolf, Isabelle Eberhardt, Anaïs Nin, Simone Veil, Louise Brooks, Audrey Hepburn et j’en passe, ont contribuées à déconstruire le discours dominant qui oppresse encore aujourd’hui les femmes et à me faire croire que j’étais bien plus qu’une « fille », selon les diktats sociaux en vigueur.

Malheureusement, être féministe en littérature jeunesse c’est encore trop souvent se heurter à des ouvrages sexués, bourrés de clichés genrés qui contribuent à l’hypersexualisation des petites filles et offrent une vision normative de l’enfance, de l’adolescence, en accord avec le propos sexiste en vigueur.

En prévision du 8 mars, je vous propose d’utiliser la littérature de manière à exploser les stéréotypes ! Instruire certes, mais aussi offrir des modèles forts, des modèles différents à vos élèves.

Dans le présent article, vous trouverez des titres qui traitent de l’Histoire du féminisme, du rapport au corps, de la violence faite aux femmes et qui remettent en question la binarité des genres. Vous pourrez ainsi organiser avec vos élèves des débats et des réflexions qui contribueront, j’en suis certaine, à combattre le sexisme. Pour plus de suggestions, je vous invite également à consulter la liste thématique complète de la journée de la femme qui se trouve à la fin de l’article.

 

 

Primaire

9782321006886Gardien

Il est important, je crois, de souligner que le Robert Junior édition nord-américaine est très progressiste en matière de féminisation et de parité. À cet effet, le titre figurant  en entrée est féminisé de même que les exemples et les illustrations mettent en scène des femmes (ou des hommes) dans des situations variées. Par exemple : « La plombière a changé le joint du robinet ». Pour plus d’informations sur le dictionnaire, c’est ici !

 

9782897141622 Gabrielle mange, dort et respire au rythme du hockey. Le 22, son numéro chanceux est aussi celui de son idole, la championne olympique Hayley Wickenheiser. Mais, oh, malheur, sa nouvelle entraineure lui a attribué le chandail numéro… 9 (je ne savais pas que le numéro 9 était porté par Maurice Richard, honte à moi). Le plus beau numéro du monde c’est l’amour d’un sport qui se transmet de génération en génération, mais entre femmes cette fois.

9782896071593L’univers du hockey féminin est également abordé par Alain M. Bergeron dans le roman  La fabuleuse saison d’Abby Hoffman (3e cycle du primaire et 1er cycle du secondaire). Nous sommes à Toronto, dans les années 1950 et la jeune Abby est contrainte de se déguiser en garçon pour pouvoir pratiquer son sport préféré. Le roman est complété par une section documentaire et si vous souhaitez en apprendre davantage sur Abby et le combat qu’elle a mené pour faire valoir la place des femmes dans le monde du sport, vous pouvez consulter Bibliothèques et Archives du Cananda.

97828960733449782896072231À ce propos, les élèves pourront découvrir dès la 2e année le destin de cinq femmes qui ont marqué l’histoire du sport avec Cinq sportives de talent d’Emmanuelle Bergeron (publié chez Soulières Éditeur, dans la collection Ma petite vache a mal aux pattes). Entrecoupées d’illustrations et de capsules informatives, venez découvrir les histoires de Marie-Louise Sirois, Myrtle Cook, Sharon et Shirley Firth et Nadia Comanecci et leur apport au monde du sport. À découvrir dans la même collection, Quatre femmes de génie. Le livre fait d’ailleurs l’objet d’une notice sur Livres Ouverts et il fait partie du Continuum en lecture (phase 5+). L’éditeur                                 a également préparé des fiches de lecture, une pour le 1er cycle et une pour le 2e cycle.

Et pour découvrir d’autres femmes qui ont marqué l’Histoire, Raconte-Moi Julie Payette chez Petit Homme ainsi que Cléopâtre, Marie Curie et Dian Fossey dans la collection Connais-tu aux éditions Michel Quintin sont de beaux compléments à l’information.

On ne naît pas femme…

J’adore le documentaire En avant les filles ! de Sandrine Mirza et Isabelle Maroger paru chez Nathan dans la collection Décodage (dans la même collection, je vous invite à découvrir Je consomme donc je suis ?). 9782092533307Cet ouvrage, qui s’adresse aux élèves du 3e cycle du primaire et du secondaire nous permet de comprendre les enjeux de l’histoire du féminisme. Des thèmes tels que l’éducation, le corps, la maternité, la politique, etc. sont autant de pistes de départs à des débats en classe. Ce que j’aime par-dessus tout ? Les portraits de femmes qui ont marqué l’Histoire comme la culture contemporaine et qui apparaissent comme des modèles inspirants pour les adolescentes. Vous pouvez consulter la notice du livre sur Livres Ouverts.

9782917237519Les Éditions Des ronds dans l’O nous ont également offert en 2013 Ces femmes qui changent le monde dans lequel on retrouve des représentations de femmes (différentess de l’ouvrage précédent). Ce qui est réellement intéressant avec ce documentaire, c’est le ton de la conversation entre une mère et sa fille (Marie-Ange Le Rochais admet avoir écrit ce livre pour répondre aux questions de sa fille et de ses amies) ainsi que les citations d’hommes célèbres qui critiquent « la capacité des femmes » et nous rappellent que nous ne sommes pas à l’abri de l’intolérance. Un ouvrage « pour que nos filles n’oublient jamais de se dire « j’entreprendrai et je réussirai » ».

 

97822263157249782266253567Du côté des romans, le premier tome d’Élisabeth, princesse à Versailles m’a fait travailler sur mes préjugés. En effet, Élisabeth, petite sœur du futur roi Louis XVI, nous apparaît dès le départ comme un personnage frivole et rebelle (pour ne pas dire insupportable). Or, cette dernière se lie d’amitié avec Angélique, la fille de sa nouvelle gouvernante. Ce roman d’aventures, truffé de références historiques, met de l’avant l’importance de l’instruction comme le plus ferme moyen d’émancipation pour les femmes. À lire au 3e cycle.

Il y a des thématiques qui m’attirent instantanément. Elena Kedros dans La légende de Robin nous pose la question suivante : et si Robin des bois était une fille ? Un roman d’aventures dans lequel Robin va prouver aux autres hors-la-loi qu’elle n’a rien à envier au garçon (surtout qu’elle tire à l’arc comme personne !). Au fil des pages nous trouvons de magnifiques illustrations et des explications qui facilitent la lecture. En situation d’écriture, avec vos élèves, il peut être intéressant de faire une relecture de contes classiques et de remplacer, par exemple, les personnages de princesses par des garçons (vice versa) et de voir de quelle manière l’histoire en est modifiée.

 

97820925349399782092534922

Je termine avec Mademoiselle Zazie, mon Favori à lire des le 1er cycle. La série de Thierry Lenain est effectivement une perle de littérature non sexiste. Dès le premier roman, Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi ?,  la question du genre sexué est au cœur du récit. L’univers de Max se divise en deux : les « Avec-zizi », qui sont évidemment plus forts (ils ont un zizi, c’est bien normal), meilleurs en sport, etc. et les « Sans-zizi ». Lorsque Zazie arrive à l’école, les certitudes de Max sont ébranlées puisqu’il découvre une « Sans-zizi » qui joue au soccer, grimpe aux arbres et porte de pantalons. Bref, une fille qui n’est pas nunuche ? La seule explication possible est que la nouvelle élève a un zizi ! Max va donc enquêter pour découvrir le secret de Zazie (je préfère vous aviser, à la fin, nous les voyons tout nus).

Au fil de la9782092539682 série, Max et Zazie vont devenir amoureux. Dans Mademoiselle Zazie a des gros nénés, on aborde de manière intelligente le thème de la nudité, de ces femmes qui apparaissent comme des objets de désir dans les publicités et les concours de beauté. Zazie surprend Max en train d’embrasser les seins d’un mannequin sur une publicité dans la rie. Pis encore, il note les femmes en fonction de la taille de leur poitrine ! Et bien, si c’est comme ça, Zazie n’a pas dit son dernier mot. Un roman que l’on peut animer comme un album et qui suscite de belles discussions autour du thème de la beauté et de l’apparence, principalement avec les élèves du 2e cycle.

 

 

 

Secondaire

9782896073399Il apparaît comme essentiel de proposer, aux élèves du secondaire, des romans-miroir, des titres qui mettent en scène des héroïnes qui réfléchissent à leur vie d’adolescentes et de femmes à venir. C’est donc avec ravissement que j’ai découvert La prochaine fois ce sera toi ! d’Élizabeth Turgeon, paru chez Soulières éditeur (un roman pour le 2e cycle du secondaire). Le climat de violence qui prévaut à l’école René-Trahan-Lalonde atteint son apogée le jour où une élève de 5e secondaire est retrouvée sans vie. Soucieux d’élucider le mystère de la mort de leur amie, les élèves vont déclencher un mouvement où le pouvoir de la communication apparaît comme la force du changement. Une remise en question de la construction du genre sexuel, des stéréotypes qui emprisonnent les adolescents (autant les garçons que les filles), les rapports hommes femmes, un résumé de l’Histoire du féminisme, des confrontations intergénérationnelles (une belle façon d’aborder le patriarcat et le paternalisme encore trop présent dans certaines sphères sociales) le tout, sur fond d’intrigue policière. Que demander de plus ? Mon Favori de la rentrée !

Le journal de Frankie Pratt par Caroline Preston, magnifique petit inclassable qui nous transporte dans les années 1920. Ce roman graphique est le récit initiatique de l’émancipation de Frankie 9782266244367Pratt, une aspirante écrivaine de 18 ans, qui raconte ses aventures sous forme de scrapbook. Cet objet-livre truffé d’archives, de références littéraires, de Jazz et où l’on découvre le Paris, le New York des années folles aborde des thèmes variés (féminisme, homosexualité, perte des repères de l’enfance, amour, etc.). On aime que le personnage de Frankie, dans ses imperfections, représente la liberté absolue d’une jeune femme qui n’en fait qu’à sa tête. Par la suite, vous pouvez inviter les élèves à concevoir un journal intime qui retrace la vie d’une femme hors du commun (une femme de la famille comme quelqu’un qui a marqué l’histoire à sa façon) et d’y intégrer des archives. Ces derniers peuvent également chercher le terme « garçonne » dans le Robert illustré  et définir ce qui, historiquement, les distingue des autres femmes de l’époque.

9782748514735Du côté des documentaires, je vous propose deux ouvrages qui permettent de réfléchir sur le sujet. D’une part, Les mots indispensables pour parler du sexisme (Les mots indispensables pour parler du racisme est aussi un indispensable) chez Syros. Il s’agit d’un abécédaire en 60 mots, qui offre de nombreuses pistes de réflexion, des  études, des informations historiques, sociologiques, etc.

9782748508352Et puis, vous pourrez compléter avec La fabrique de filles par Laure Mistral, également paru chez Syros. Malgré les profonds changements opérés par la montée du féminisme depuis les quarante dernières années, les stéréotypes et les discriminations sexuelles sont encore d’actualité. Comment les genres se « fabriquent » aujourd’hui et pourquoi ? Le livre offre lui aussi de nombreuses pistes de réflexion.

 

Collégial

9782892952346Les fées ont soif, classique de la dramaturgie québécoise et l’une des oeuvres les plus fondamentales dans ma découverte du féminisme québécois. La pièce de Denise Boucher, célèbre pour la polémique qu’elle a provoquée lors de sa parution, est remarquable de par la vivacité de la langue et sa dénonciation des rôles dans lesquels on confine les femmes. Le texte, dans un langage poétique, met en scène les trois archétypes de la femme soit la statue, la putain et la mère, qui essaient de se libérer de leur carcan. À lire aussi : L’Euguélionne par Louky Bersianik Bloody Mary de France Théoret.

9782896494811En terminant, je vous présente un livre que je n’ai cessé d’annoter et qui m’a prévalu de magnifiques conversations avec d’autres cinéphiles. Dans ses Lettres à une jeune cinéaste (VLB éditeur), Micheline Lanctôt partage ses expériences, les astuces que lui ont apprises ses nombreuses années dans le milieu du cinéma. Le livre s’articule sous forme de lettres thématiques à une jeune correspondante et nous renseigne sur la scénarisation, le métier d’acteur et surtout, sur la place des femmes dans un milieu encore trop machiste. Bref, transmettre le feu sacré à la prochaine génération.

 

Découvrez la liste complète de nos titres Favoris à travailler dans le cadre de la journée de la femme :

Ma collègue Emmanuelle Rousseau a également fait paraître un article pour lutter contre les stéréotypes existes que vous pouvez lire ici

 

Bien que sur le plan de la société civile, des droits et de l’équité salariale les choses ont un peu évolué,  il reste encore énormément de chemin à faire avant d’atteindre l’égalité homme-femme. Le 8 mars, faisons le pari de déconstruire les stéréotypes, le 8 mars, c’est toute l’année.

 

Écrivez en commentaire le nom d’une femme qui a été un modèle pour vous et courez la chance de remporter Le plus beau numéro du monde, un album pour le primaire paru aux éditions De la Bagnole. 

 

 

 

 

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires à “Journée internationale de la femme : Bousculer les stéréotypes avec la littérature antisexiste”

  1. Le 22 février 2016 à 23:37