Journée ADP 2017 – Mes favoris du moment pour le primaire et secondaire!

CLASSÉ DANS : À partir du 1er cycle | À partir du 1er cycle | À partir du 2ème cycle | À partir du 2ème cycle | À partir du 3ème cycle | ADP est là! | Général | Listes thématiques | Nouvelles | Préscolaire | Primaire | Secondaire | Toutes les catégories



La Journée ADP est une journée bien spéciale, qui a lieu chaque mois d’août, où la plupart de nos éditeurs viennent présenter aux libraires et aux bibliothécaires leurs livres favoris de la rentrée littéraire. Lors de cette journée festive, on y découvre les livres préférés des éditeurs, qui arriveront dans les rayons des librairies au court des semaines à venir.

Lors de cette journée, l’équipe de l’ADP-Pédago a quelques minutes (dans un horaire très chargé!) pour venir présenter ses favoris du moment. Comme vous savez, notre mandat consiste principalement à vous faire découvrir ou redécouvrir des livres qui sont déjà parus et qui sont peut-être passés inaperçus parmi les nombreuses nouveautés qui garnissent les rayons des librairies.

Dans cet article, vous découvrirez (si vous n’avez pas eu la chance d’être parmi nous) les livres que j’ai présentés lors de la Journée ADP en deux fois 10 minutes, top chrono!

Voici d’abord mes favoris du moment pour le secondaire :

Le roman qui m’a le plus marquée au cours des derniers mois est La Rivière à l’envers de Jean-Claude Mourlevat. Ce texte, paru il y a déjà quelques années en deux tomes (Tomek et Hannah, a été réédité ce printemps en version intégrale chez PKJ. C’est un roman d’aventures magnifique où l’on fait un grand voyage dans de nombreuses contrées imaginaires ! À lire à voix haute aux élèves ou à faire lire en cercle de lecture ou en lecture obligatoire ou pour développer et entretenir le plaisir de la lecture! Bref, à faire lire à tous! Ce roman à toutes les qualités pour devenir une lecture chouchou. Peut-être parce qu’on ne s’y attend pas! Le texte est magnifiquement écrit, sans être difficile à comprendre. Chaque chapitre propose aux lecteurs une péripétie où le lieu et les personnages secondaires rencontrés sont différents. Les thèmes abordés en font un roman universel. Est-ce que je vous ai convaincu de le lire? Non! Pas encore! Allez donc lire la multitude de commentaires sur le web… et courez vite à votre librairie préférée!

Pour les enseignants de français, voici une des nombreuses fiches pédagogiques que vous trouverez sur internet.

 

Mon deuxième roman d’aventures favori du printemps a été Chasseurs de livres, de Jennifer Chamblisss Bertman, publié dans la collection «R», chez Robert Laffont.

Émily, le personnage principal du roman, joue à un jeu en ligne, Book Scavengers, dans lequel les joueurs cachent des livres qu’ils ont aimés et laissent des indices destinés aux autres joueurs, qui gagnent des points lorsqu’ils les trouvent. Avouez que vous êtes déjà intéressé! Quelle bonne idée! Moi aussi je veux jouer!!! L’action se déroule à San Francisco, ville où le créateur du jeu, Garrison Griswold, vient d’être attaqué au moment où il allait lancer un nouveau grand jeu. Émily et son nouveau voisin devront résoudre toutes les énigmes pour gagner, mais surtout pour comprendre ce qui est arrivé à leur idole. Je vous le dis, c’est du pur bonheur! En plus, les descriptions de San Francisco sont tellement bien faites qu’un jour je visiterai certainement la ville ce roman à la main. Le livre offre en plus un fort potentiel pédagogique. L’éditeur vous offre d’ailleurs un dossier pédagogique vraiment complet que l’on peut utiliser au 1er cycle du secondaire et en 6e année si vous avez de bons lecteurs. J’attends le tome 2 avec impatience, bien que l’intrigue se conclue dans ce premier tome.

Psst… je vous glisse en passant que chez le même éditeur, mon roman favori de l’année dernière a été La vérité vraie. Un roman psychologique vraiment vraiment bon! Nos étoiles contraires version gars. À découvrir absolument!

 

Sky Mundy et les dinosaures, de Laura Martin, publié chez Michel Lafon, est une autre belle surprise. Moi qui ne suis pas vraiment attirée par les dinosaures (en fait, les jeunes m’en apprennent toujours sur le sujet!), je me suis laissé convaincre de lire le roman par un collègue qui avait vraiment beaucoup aimé. Si l’action prend un peu de temps à se mettre en place, une fois les personnages arrivés en surface, on se laisse prendre par l’histoire et on n’arrive plus à fermer le livre. J’ai vraiment hâte de lire la suite, car le roman se termine en plein rebondissement. GRRRR! Je vais devoir attendre!

J’ai lu ce petit roman cet été sur mon balcon et j’habite à la campagne. La seule raison qui a fait que j’ai lâché mon livre a été de me mettre une quantité exagérée de chasses-bibittes (c’est fort la psychologie, ça me piquait partout!). Les moustiques, de Jocelyn Boisvers, publié Soulières éditeur dans la collection Graffiti +, est un court roman d’horreur (112 pages) vraiment efficace! Il y a suffisamment de morts et de corps dévorés par les moustiques pour tenir le lecteur en haleine, mais sans tomber dans le macabre. C’est un roman qui réussira certainement à intéresser les non-lecteurs! Et pour les inciter à le lire, je vous suggère de leur faire écouter la bande-annonce que voici :

 

Mon prochain favori est mon plaisir coupable de l’été! Un roman de filles, zéro cerveau, pour passer un bon moment! Personnellement, j’ai commencé ma lecture de Tuto No 1 : Embrasser comme une déesse (de Brianna R. Shrum, publié chez Lumen) le matin et j’ai refermé mon livre seulement une fois le roman terminé. Pour moi, ça, c’est une vraie lecture de vacances! Je me suis attachée au personnage de Renley, j’ai voulu savoir jusqu’où ça irait, j’ai revécu une partie de mon adolescence et j’ai poussé un long soupir de soulagement lorsqu’elle a choisi le bon gars à la fin de l’histoire! Voici le topo : une ado tranquille et peu expérimentée doit amasser rapidement de l’argent pour un voyage à New York. Elle se lance dans la diffusion de tutoriels qu’elle veut éventuellement convertir en tutoriels payants. Mais comme elle n’a aucune notoriété, elle fait les vidéos à visage caché. Elle devra préalablement tester les conseils demandés par les internautes qui suivent sa chaîne YouTube : faire une tresse française, se faire des mèches, s’épiler à la cire la ligne bikini, embrasser comme une déesse, se remettre d’une gueule de bois et donner du plaisir à son chéri (avis ici… il y a une scène de masturbation, mais… c’est court et assez prude, donc pas de danger pour les élèves du secondaire)… Bref, plusieurs angoisses liées aux premières fois des adolescentes. J’aime!

 

Le prochain roman aurait très bien pu se trouver tout en haut de ma liste, parce que je l’ai ADORÉ! Je ne sais pas trop pourquoi, mais j’avais beaucoup d’attentes envers J’ai avalé un arc-en-ciel, d’Erwan Ji, publié chez Nathan (c’est un premier roman, un auteur à surveiller!). Peut-être à cause de la couverture, simple et efficace, peut-être à cause du thème, sous-entendu par le titre. Je ne sais pas, mais bref, mes attentes ont été largement dépassées!

Capucine, une jeune Française qui habite maintenant aux États-Unis, écrit son blogue en français, pour que ses amis anglophones ne puissent pas la lire. Elle nous explique certains mots anglais ou concepts liés au système scolaire ou à la réalité nord-américaine, qui fait qu’on y croit et qu’on embarque tout à fait. D’ailleurs, la plupart des analogies que fait le personnage sont vraiment géniales. Le thème de la bisexualité (parce que c’est bien de cela qu’il s’agit) est vécu sans être nommé. Capucine (que tous appelle Puce sans être capable de le dire réellement correctement) a toujours été en couple avec des garçons. Elle est amoureuse secrètement du plus beau gars de l’école depuis son arrivée, mais lorsqu’elle se lie d’amitié avec la nouvelle de l’école, toutes ses convictions vont être ébranlées. Est-ce qu’elle peut vraiment être amoureuse de cette fille? Est-ce que ça veut dire qu’elle est lesbienne? Qu’est-ce que c’est l’amour au fond? Un roman intelligent et touchant, réaliste, vrai et captivant. À faire lire absolument!

 

Le mari de mon frère- Tome 1Je poursuis avec un autre livre sur la diversité sexuelle. Le mari de mon frère, de Gengoroh Tagame, publié aux Éditions Akata, sera une série en quatre tomes (il y aura un coffret cet hiver). Vous savez, si vous m’avez déjà vu en conférence, que je ne suis pas une lectrice de bandes dessinées, ni de mangas, parce que j’ai de la difficulté à lire simultanément le texte et les illustrations. J’ai donc peu de coups de cœur dans ces genres littéraires. Alors, quand j’en aime un, c’est qu’il m’a vraiment touchée ou captivée! Et j’ai vraiment beaucoup aimé cette série. Les personnages sont attachants et le sujet, l’homosexualité, traité avec intelligence.

Suite à la mort de son mari, Mike (un Canadien) se rend au Japon pour rencontrer la famille de son défunt mari et faire une sorte de pèlerinage dans le pays où a grandi son époux. Le frère jumeau de ce dernier, Yaichi, n’a d’autre choix que d’accueillir ce beau-frère un peu particulier. Sa fille, qu’il élève seul, s’attachera rapidement à ce nouvel oncle à qui, candidement, elle pose toutes les questions qui lui passent par la tête. La présence de ce personnage enfant permet d’aborder de front le thème de l’homosexualité pour déboulonner les préjugés. J’ai bien aimé les fins de chapitres où Mike nous offre une petite leçon de culture gaie. Si vous êtes dans le milieu scolaire, je suis certaine que vous voyez tout de suite l’intérêt de ce manga, mais, évidemment, demeure la question qui tue : y a-t-il des tout-nus! Eeeeeh… oui! Dans une illustration, on voit Yaichi prendre son bain (un flou est judicieusement placé) et dans une autre, Mike prend sa douche, avec un gros plan sur ses fesses poilues (je trouve cela très drôle!). Pas de quoi ne pas le mettre dans les rayons de vos bibliothèques! Au pire, coller les pages… car le manga en vaut vraiment la peine!

Voici la bande-annonce réalisée par l’éditeur:

 

Ma dernière suggestion pour le secondaire (dont je n’ai même pas eu le temps de parler0 est Moi, Ismaël, un musulman d’ici, d’Ismaël Saidi, publié aux  éditions Je réussis. J’avais été interpellée par ce titre l’hiver dernier, parce qu’on parlait beaucoup de son auteur dans les médias. Ismaël Saidi est aussi l’auteur d’une pièce de théâtre, Djihad, qui était en tournée au Québec. Évidemment, on parle beaucoup des religions, du racisme, de l’extrémisme, du radicalisme, de la tolérance, de l’ouverture d’esprit. Mais, finalement, tout cela est quand même tabou et il y a plusieurs questions auxquelles nous n’avons pas de réponse.

Tranche de vie : un soir, mon mari, mes filles, ma belle-mère et moi sommes invités à souper chez des musulmans, bonnes connaissances d’affaires de mon amoureux. Lors du repas, nos hôtes nous parlent de leur arrivée ici, de leur intégration. La dame, seule pratiquante de sa famille, nous dit qu’un jour une Québécoise lui a demandé si elle doit garder son voile à la maison. Pour cette femme, cette question était un manque de respect et un signe d’intolérance, la réponse était pour elle évidente.  Pour moi, cette question était plutôt un signe de curiosité et d’intérêt. Je pense qu’il y a des questions, un peu comme celle-là, que j’aurais aimé poser, parce que je ne connais pas la religion musulmane, parce que je ne sais pas. Pour moi, poser des questions, souhaiter comprendre, c’est de l’ouverture d’esprit, pas l’inverse. Évidemment, je comprends aussi le point de vue de cette femme et je n’étais pas là, alors je ne sais pas sur quel ton la question a été posée.

Dans cette biographie, Ismaël Saidi répond à ce genre de questions. C’est un témoignage qui s’adresse aux non-musulmans, qui apprendront bien des choses sur la religion musulmane. Mais c’est aussi un livre qui s’adresse aux musulmans, parce que l’auteur raconte aussi ses doutes, ses questions et son cheminement par rapport à sa foi et sur ce que le radicalisme aurait pu représenter dans sa vie. Merci à l’auteur pour ce texte. J’ai appris et j’ai l’impression d’être une meilleure personne maintenant. À mettre dans toutes les mains. En plus, il y a un dossier pédagogique vraiment très bien fait et complet. Je me suis commandé les autres livres de l’auteur… j’ai hâte de m’y plonger!

 

Voici maintenant les livres que j’ai présentés durant le segment Mes favoris du moment pour le primaire!

Au cours de la dernière année, nous avons préparé des conférences en enseignement avec la littérature jeunesse au primaire, de plus en plus spécifiques. Nous avons créé des ateliers en lien avec les différentes matières à enseigner, mais aussi en lien avec certaines connaissances, par exemple les inférences. Si un de ces ateliers vous intéresse, vous pouvez me contacter ou demander à votre libraire favori d’organiser une soirée de formation, c’est gratuit!

C’est en ayant en tête le programme du primaire que j’ai choisi la plupart de mes favoris du moment. Le premier a été un véritable coup de foudre : La souris qui n’existait pas, de Giovanna Zoboli et Lisa D’Andrea, est publié chez Albin Michel jeunesse. Ce magnifique album, aux dessins crayonnés, raconte l’histoire d’un beau chat tigré qui passe ses journées à imaginer des souris. Il veut en imaginer au moins un million, aussi est-il toujours en train de penser à une nouvelle. Parfois, il s’en imagine plusieurs en même temps. Mais il a l’impression qu’il existe une souris qu’il n’arrive pas à s’imaginer. Cette obsession est si grande, qu’il ne prend pas le temps de jouer avec ses amis. Un jour, quelqu’un frappe à la porte, c’est elle, c’est la souris qui n’existait pas! Cette rencontre va changer sa façon de voir la vie. Cet album offre de nombreuses possibilités d’exploitations pédagogiques. Quelques planches permettront de travailler le dénombrement ou de créer des exercices de résolution de problème en mathématique. Les pages où l’on voit les différentes souris imaginées permettront de travailler le vocabulaire, dont les adjectifs. Ces pages peuvent servir de modèle à un projet en arts plastiques. Quand le chat rencontre la souris, l’histoire se poursuit uniquement en illustrations (sans texte). On peut demander aux élèves de raconter cette partie (communication orale) ou de l’écrire. Cette partie de l’album est une série de petits moments, un peu comme des croquis, ils pourraient donc aussi inspirer les élèves dans un atelier d’écriture.

 

Le deuxième album que j’ai choisi est Crotte! de Davide Cali et Christine Roussey, publié chez Nathan. C’est un album très drôle (les histoires de pipi-caca-prout font toujours rire les enfants!) avec lequel on peut enseigner la mathématique, l’univers social, les arts plastiques, l’écriture et la lecture! Un incontournable! Mais, je ne vous raconte pas tout ici. Dans les prochaines semaines, je publierai sur ce blogue des articles qui sont parus dans la revue Vivre le primaire, un de mes articles présente dans le détail cet album, alors surveiller les prochaines publications!

 

Cette année, en travaillant sur la conférence Utiliser la littérature jeunesse pour enseigner la mathématique, j’ai découvert une petite perle, publié il y a déjà quelques années. Mathématic et Tac (de Jo Hoestlandt, publié chez Nathan) est un recueil de 30 exercices de résolution de problèmes humoristiques. Un petit livre à laisser aux élèves qui terminent avant les autres ou à lire, un problème à la fois, par l’enseignante, pour amorcer ou terminer la journée dans le plaisir. Voici un exemple tiré du livre :

Dans le désert, au loin, une dune, comme une bosse de sable blond. Un chameau et un dromadaire vont à la rencontre l’un de l’autre. Le chameau se met tout à coup à galoper vers le dromadaire. Surpris, le chamelier tombe du chameau. Combien y a-t-il de bosses en tout?

Réponse 1

4 : 2 pour le chameau + 1 pour le dromadaire + 1 pour la dune ou 5 ou 6 ou plus… Tout dépend du nombre de bosses que s’est fait le chamelier en tombant… et si le chamelier a la bosse des maths ou pas…

 

Bientôt l’hiver, de Voutch, publié aux éditions Le Genévrier, est un album comme je les aime vraiment : court, intelligent et drôle! L’automne est arrivé, l’écureuil est très occupé à faire des provisions de noisettes. Tout à coup, un doute lui prend : a-t-il suffisamment de réserves? Il ira interroger le hibou. Je ne vous raconte pas la suite, afin de ne pas vous enlever le bonheur de le lire! L’album permettra de vérifier la compréhension des élèves (chute finale) et de travailler la ponctuation. Un must de la saison!

 

Depuis quelques mois, Messageries ADP distribue les éditions Petit Pierre et Ieiazel, un éditeur de bandes dessinées fort différentes et intéressantes. J’ai eu un coup de cœur pour la série Les petites histoires, de Frédéric Brremaud et Federico Bertolucci. Ces petites bandes dessinées sont des docu-fictions, où le lecteur (à partir du 1er cycle) découvre les animaux. Un petit chien et un écureuil voyagent d’une contrée à l’autre pour découvrir de nouveaux lieux (jungle, ferme, savane, etc.). C’est aussi une façon de découvrir les différents pays. Le livre se termine par un complément d’information sur les certains animaux rencontrés dans la bd. Une belle collection à avoir dans le coin lecture de la classe ou sur les rayons de la bibliothèque scolaire!

 

Voilà, c’étaient mes livres favoris du moment! Vous pouvez télécharger ou imprimer la liste des livres présentés ici. Comme plusieurs libraires étaient présents à la Journée ADP, j’espère que vous les retrouverez  en librairie dans les prochaines semaines!

 

Bonnes lectures! Et bonnes rentrées:  littéraire et scolaire!

Emmanuelle

 

 

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire. Soyez le premier!

Laissez un commentaire