Les 3 Favoris: 3 livres, 3 cycles, 3 activités en mathématiques !

CLASSÉ DANS : À partir du 1er cycle | À partir du 2ème cycle | À partir du 3ème cycle | Les 3 favoris - Vivre le primaire - AQEP | Listes thématiques | Primaire | Toutes les catégories



Si vous êtes membres de l’AQEP, vous avez peut-être déjà lu cet article, qui est paru dans la revue Vivre le primaire  de décembre dernier (Vol. 30, n0 4). C’est avec plaisir que je partage maintenant cet article sur le blogue. Dans mon prochain article, je vous partagerai une liste complémentaire. D’ici là, sachez que l’AQEP organise un Colloque en mathématiques ce samedi. J’y donnerai un atelier! Il est encore temps de vous y inscrire.

Bonne lecture!

Emmanuelle

Au printemps dernier, j’ai animé une conférence sur l’utilisation de la littérature jeunesse pour enseigner les mathé- matiques et, pour cette chronique, j’ai eu envie de choisir parmi les titres que je propose lors de cette formation.

À partir du 1er cycle – La Bouilloire, d’Etsuko Watanabe, est un album complètement fou, très riche visuellement. C’est d’ailleurs pour cela qu’il fait partie de mes favoris. Lors d’une lecture à voix haute, vous pourrez travailler quelques connaissances en mathématiques (entre autres choses, le dénombrement). Vous pourrez ensuite proposer à vos élèves plusieurs exercices et activités, dont des résolutions de problèmes, créées à partir de l’histoire. Comme c’est un album de grand format, il est agréable à animer, mais l’utilisation d’une caméra et d’un projecteur pourrait bénéficier à toute la classe, surtout lorsqu’il s’agit de trouver ou de compter des items dans les illustrations.

La Bouilloire est l’histoire d’une petite fille nommée Blanche, toute de rouge vêtue, qui habite sur une colline, à l’orée d’une forêt. Un jour, sa maman, la trouvant désormais suffisamment grande pour cela, l’envoya faire seule les courses. Elle lui demanda d’aller lui acheter une bouilloire. Cette requête se transforma en un périple extraordinaire, où la petite fille rencontra de nombreux personnages, dans des mondes surprenants.

Dès la deuxième double page, les enfants sont invités à compter: «Combien d’animaux sont cachés dans cette forêt? », se demande Blanche. Un peu plus loin, Blanche rencontre monsieur Grenouille qui lui demande de l’aider à compter les têtards pour le roi. Comme il y en a beaucoup, invitez les élèves à dénombrer les têtards en les groupant par 10. Demandez-leur d’estimer la réponse. Qui sera le plus près de la bonne réponse? Si vous pouvez projeter l’illustration sur le TNI, l’activité pourra se faire lors de la lecture. Sinon, vous pourrez y revenir plus tard en ayant photocopié cette page (en respectant les droits d’auteur, bien sûr).

Quelques pages plus loin, Blanche entre dans la boutique de bouilloires, mais elle découvre qu’elle n’a pas assez d’argent pour en acheter une. Profitez de ce passage pour inventer quelques activités de résolutions de problèmes qui permettront aux élèves de développer des processus de calcul écrit pour l’addition et la soustraction. Vous pouvez changer les euros en dollars pour faciliter la compréhension. Par exemple : «Si Blanche a 5 dollars en poche, combien lui manque-t-il d’argent pour acheter la première bouilloire ? » (25 – 5 = 20) ou « Combien d’argent Blanche aurait-elle eu besoin pour acheter les deux bouilloires qu’elle a choisies? » (25 + 20 = 45).

Dans les pages suivantes, Blanche fait l’acquisition d’une très grosse bouilloire, qu’elle échangera contre des plus petites. Vous pouvez vous en inspirer pour proposer un exercice sur les nombres croissants ou décroissants. Imaginez combien mesure chaque bouilloire. Par exemple : « Classe en ordre décroissant les bouilloires que Blanche a eues ». _ Finalement, c’est un chaudronnier qui pourra offrir à Blanche une bouilloire de taille normale. Vous pouvez, encore ici, créer un exercice de résolutions de problèmes (Le chaudronnier fabrique six bouilloires. Blanche garde une bouilloire et offre les autres au chaudronnier. Combien de bouilloires lui reste-t-il?).

En français, cet album offre aussi de nombreuses possibilités d’exploitations pédagogiques. Par exemple, lors d’une lecture interactive, vous pourrez relever quelques inférences:

— Quand l’auteur écrit « Son cœur bat fort », peux-tu me dire comment se sent Blanche ?

— Quand Blanche dit: « Je dois vraiment faire attention…», à quoi pense-t-elle ?

Vous pourrez aussi prendre le temps d’expliquer des mots de vocabulaire, comme: lisière, être navré, piailler, artère, etc. Relevez aussi certaines expressions. Par exemple, demandez aux élèves de trouver une expression québécoise pour remplacer « faire les courses ». Puisque l’album fait un clin d’œil au Petit Chaperon rouge, vous pourrez aussi faire des liens avec d’autres lectures. Les illustrations étant particulières, vous pourrez aussi travailler l’interprétation: Lorsque Blanche sort du magasin, pourquoi, à ton avis, la page est-elle en noir et blanc ?

Finalement, le livre offre même un jeu: une double page est un labyrinthe ! Les élèves adorent y jouer!

À partir du 2e cycle – Au deuxième cycle, pour travailler la mesure, j’ai choisi un album qui fait partie d’une série que j’aime particulièrement. Dans Le petit menuisier, de Lars Klinting, on retrouve Castor qui a décidé de faire de la menuiserie. Tout au long de l’album, il nous explique étape par étape comment fabriquer une boite à outils. À la toute fin de l’album, on retrouve un plan des diffé- rentes pièces à assembler pour pouvoir refaire le projet à la maison. Utilisez cette double page pour créer des exercices sur la mesure, par exemple :

• Calculer le périmètre des différentes figures planes du plan.

• Sur de grandes feuilles, reproduire, à l’échelle, les différentes pièces, donc, mesurer. Attention, dans le plan original, les mesures sont inscrites en millimètres; vous pouvez donc aussi leur demander de convertir ces longueurs en centimètres.

• À partir de l’illustration, demandez aux élèves de colorier la surface des différentes figures du plan.

• Utiliser la figure du petit côté pour comparer les angles.

Voici quelques idées pour créer des exercices de résolutions de problèmes avec cette double page :

• Castor souhaite finalement faire une boite à outils deux fois plus grande. Quelle sera la mesure des quatre côtés du fond?

• Quand Castor a acheté la barre ronde pour faire la poignée, le morceau avait 600 mm de long. Castor a coupé la longueur qu’il lui faut (352 mm). De quelle longueur est le morceau qu’il lui reste ?

• Si Castor fabrique 3 boites à outils, combien de morceaux a-t-il besoin en tout? N’oublie pas de compter les vis et les clous!

Si cela est possible, vous pourriez bien entendu aider les élèves à confectionner leur propre boite à outils (il faudrait que les parties soient déjà coupées et qu’il ne reste que l’assemblage); un beau projet à faire en science !

Dans la même série, vous trouverez également le livre Le petit pâtissier. Dans cet album, Castor va confectionner un gâteau. La recette est donnée à la fin de l’album. Vous pouvez donc aussi l’utiliser pour travailler la mesure (les volumes et les masses). Pour créer des exercices de résolutions de problèmes, doublez ou triplez la recette ! Le troisième titre de la série, Le petit jardinier, vous permettra de travailler les différentes parties des plantes, en science. Dans les trois cas, la particularité de cette série est que, bien que ce soit des textes de fiction, ce sont des textes qui précisent des « comment faire ». Ce sont des marches à suivre. En écriture, demandez aux élèves d’écrire une histoire qui met en scène Castor, par exemple : Le petit éditeur (Castor fabrique un livre) ou Le petit bricoleur (Castor fait un projet en arts plastiques… tiens, tiens, le même que les élèves ont à faire peut-être !) ou autre. Mettez à contribution les talents de chacun (faire de la couture, gagner à un jeu vidéo, créer un album photo, etc.). Comme dans la série, les élèves devront trouver le vocabulaire précis.

 

À partir du 3e cycle – Pour le troisième cycle, j’ai choisi un roman qui me tient énormément à cœur : Gros sur la tomate, de Dominique Brisson. Le narrateur, Bob, est un jeune garçon dyslexique, dysphasique, dyscalculique et dysgraphique. Il nous raconte son quotidien dans sa nouvelle école. Les dix-sept chapitres, très courts, peuvent convenir à une lecture à voix haute par l’enseignant ou à un cercle de lecture. La majorité des chapitres commencent ou contiennent un problème mathématique et la réponse que donne Ferdinand. Vous remarquerez tout de suite que la réponse que donne le personnage est erronée. Voici un exemple tiré du roman:

«Exercice. Le cours de mathématiques dure 55 min. Il s’est terminé à 10 h 25. À quelle heure a-t-il commencé ?  Réponse : 60 h du soir.»

Si vous choisissez de faire la lecture à votre groupe (peut-être un chapitre par jour), écrivez les problèmes mathématiques au tableau. Demandez aux élèves de trouver la bonne réponse et tentez de comprendre quel a été le raisonnement de Ferdinand. Cela pourra vous servir de révision! Vous pourrez faire la même chose avec les exercices en français. Vous pouvez également noter les différentes expressions idiomatiques rencontrées dans le texte. Comme le personnage principal ne les comprend pas, il y en a beaucoup. Donnez la définition de chacune d’elles. Si vous faites lire le roman en cercle de lecture, l’élève qui devra relever les expressions idiomatiques pourra aussi trouver leur provenance. Changez régulièrement les rôles afin que les problèmes mathématiques soient résolus par des élèves différents.

Avant la lecture, je vous suggère de définir, pour les élèves, ce que sont les différents troubles de l’apprentissage rencontrés par le personnage. Cela servira à conscientiser les élèves aux réalités vécues par le personnage, et peut-être par d’autres élèves de l’école ou de la classe. La compréhension d’une différence aide souvent à ne pas juger les autres. Dans le roman, tentez d’associer les réponses et les problèmes vécus par Ferdinand aux différents troubles. Pour vous aider à expliquer ces troubles à vos élèves, je vous suggère les albums de la collection Au cœur des différences (vous trouverez les références à la fin de l’article). Bien que ce soit pour des enfants plus jeunes, l’explication est juste et efficace.

Bien qu’en théorie je ne vous présente que trois livres par chronique, je vous offre un petit bonus aujourd’hui, pour les élèves du 2e cycle et du 3e cycle. J’ai découvert un recueil de casse-têtes mathématiques! Mathématic et tac propose 30 exercices de résolutions de problèmes humoristiques. En voici un exemple:

« Casse-tête 8 » Au départ, mon livre avait trente pages. Je trouvais que c’était beaucoup. Heureusement, le chat a fait pipi sur les deux premières pages, mon petit frère en a mangé trois au milieu et j’ai renversé mon bol de chocolat sur les pages 24 et 25. Combien de pages me reste-t-il à lire ? Est-ce que ce n’est pas largement suffisant pour un enfant de huit ans? Réponse : Nombre de pages illisibles ou disparues: 2 (à cause du chat) + 3 (à cause de mon petit frère) + 2 (à cause du chocolat), soit un total de 7. Il y avait trente pages dans mon livre. Il m’en reste donc 23 à lire : 30 – 7 = 23. Eh oui, c’est bien suffisant pour un enfant de huit ans… Il reste à espérer que mon petit frère n’ait pas mangé les meilleures pages, mais de toute façon, comme il me reste les pages 26 à 30, j’aurai le mot de la fin».

Vous pouvez garder une copie pour les meilleurs élèves qui en voudraient un peu plus, ou bien, une fois par semaine peut-être, proposez un casse-tête à toute la classe ; un défi mathématique !

Si vous êtes intéressé par la conférence sur l’utilisation de la littérature jeunesse pour enseigner les mathématiques, ou si vous désirez recevoir la liste complète, n’hésitez pas à m’écrire !

Mots-clefs : , , , , , , ,

Aucun commentaire. Soyez le premier!

Laissez un commentaire